Toutes les friches industrielles ne peuvent être reconverties en scène nationale, en galerie d’exposition, en incubateur de start-ups, et encore moins celles, perdues aux confins d’une zone portuaire, dont la couverture est constituée de plaques contenant de l’amiante.

IMG_7066

Ainsi  ce hangar à la charpente métallique d’une grande élégance, situé à Tarnos sur la rive droite de l’Adour, est-il détruit méthodiquement. Un temps, ses poutres et poutrelles quadrillent le ciel, délimitant le vol des mouettes. Est-ce le site voisin des Laminoirs des Landes qui s’agrandit ? Ou son concurrent Celsa qui va s’implanter , créant 200 emplois ?

En attendant que le démontage s’achève, ignorant le panneau qui interdit l’entrée, on franchit le buisson de ronces couvertes de mûres acides pour entrer dans l’immense espace à ciel ouvert, qui dégage une véritable impression d’architecture : rythme des éléments de charpente mis à nu, leur ombre projetée sur le sol, murs clairs. Il est impossible de ne pas s’attarder un moment pour prendre quelques photographies,

One thought on “Destruction méthodique

Leave a Reply to Dominique Hasselmann Cancel reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *