Tu peux toujours courir
Au bord du quai des ferries
Au bout de la ville symétrique
À l’envers des flaques d’eau
Face au soleil pâle d’avril

Tu peux toujours courir
Droit, souple, élastique
Ton souffle entre et sort
Entre le balancement de tes coudes
Et glisse le long des muscles de ton dos

Tu peux toujours courir
Pensée bloquée comme un compteur
Un deux un deux petit soldat du fitness

Tu peux toujours courir
Avec tes chaussures de l’extrême
Reliées à ton bracelet
Connecté à ton téléphone
Enregistré dans les nuages

Oui
Toi aussi
Toi aussi tu peux
Toi aussi tu peux courir

Je saurai bien te retrouver.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *